Fantasy : Définition et Sous-Genres

Le challenge sur la Fantasy organisé au mois de Mai par « Pikiti bouquine » (dont voici le lien : https://www.facebook.com/groups/1097452517033271/?multi_permalinks=1107398306038692&notif_t=like&notif_id=1491682128678692  ) m’a donné envie de me pencher un peu plus sur ce genre et les sous-genres qu’il renferme.


Cet article n’est qu’un condensé des lectures que j’ai pu trouver à ce sujet, et à aucun moment je ne prétends avoir parole de Messie dans le domaine… D’ailleurs, comme tout classement, fait typiquement humain, il est amené à évoluer ou à changer en fonction des instances (universitaires, maisons d’édition…) qui en parlent.


Bref, le but est de s’éclairer et de se faire plaisir, et non de jouer les professeurs.
 
I/ La Fantasy, Késako ?


Pour donner une définition simple mais claire de la fantasy, on peut dire que c’est un genre qui appartient aux lectures de l’imaginaire et qui a pour particularité de présenter un monde soit partiellement soit entièrement sorti de l’imagination de son auteur (contrairement, par exemple, au fantastique qui intègre du surnaturel dans notre monde). A noter que parfois, le fait que le surnaturel arrive dans notre monde est aussi considéré comme de la Fantasy (bref, l’urban fantasy est soit intégrée, soit sortie de la fantasy). Quand je vous dis que ce n’est pas évident de retrouver ses petits…


II/ Les sous-genres.


Il existe évidemment pléthore de sous-genres et différentes façons de classer ces derniers.
J’en aborderai deux ici.


  1.   Les Catégories en fonction de l’univers.


Les histoires de Fantasy peuvent se dérouler dans différents types de mondes :
- dans un monde alternatif complètement imaginé et qui n'a rien à voir avec le nôtre
- dans monde autre ou parallèle relié à notre Terre par des "passages magiques" 
- sur Terre, mais dans un univers magique séparé de l'univers des "simples mortels".

En fonction de l’univers présenté, nous avons donc deux principaux sous-genres :

  • La High fantasy : elle prend place dans un univers complètement inventé qui n'a pas de liens avec le nôtre. Les histoires se déroulent donc dès le début dans un monde imaginaire.

Ex : Eragon, le seigneur des anneaux, le trône de fer, La roue du temps…

  • La Low fantasy : ici, notre monde, la Terre, est liée par un quelconque passage à un autre monde qui est, lui, totalement imaginé. Ces deux mondes se distinguent par une frontière physique (pas la même planète ou pas le même plan) et par des lois (physiques, magiques, politiques, commerciales,...) différentes.

Ex : les chroniques de Narnia, à la croisée des mondes…

2.      Les catégories en fonctions des thèmes (les principales…).

  • L’Heroic fantasy = sword ans sorcery : elle présente souvent un seul personnage évoluant dans des royaumes en conflit, un héros qui, grâce à ses particularités (physiques, mentales, magiques), parvient à vaincre ses ennemis (et doit souvent sauver le monde). Très certainement le sous-genre le plus répandu (au point d'être parfois considéré comme un genre à part entière), cette catégorie correspond à la première forme de fantasy ayant existé, avant la première guerre mondiale. Le contexte historique est souvent équivalent au Moyen-Âge.

Ex : Druss et Waylander de David Gemmel. Conan le barbare de Howard…

  • L’Epic fantasy : Sous-genre équivalent à l’heroic fantasy mais ici, l’histoire se penche sur un groupe de héros et non un ou deux individus.

Ex : le seigneur des anneaux, Les chroniques de narnia

  • La light fantasy : La fantasy humoristique ou light fantasy, parfois appelée fantasy burlesque5, a recours à l'humour et à l'absurde pour amuser le lecteur6. Cette fantasy a un ton léger, comme son nom anglais l'indique. Il s'agit de récits sombres, oppressants qui se finissent rarement bien. Je crois qu'on pourrait résumer ce sous-genre à un vers de Dante : « Vous qui entrez, abandonnez toute espérance. »

Ex. : Les Annales du Disque-monde de Terry Pratchett, Les Livres magiques de Xanth de Piers Anthony.

  • La dark fantasy : ou « merveilleux noir » est une fantasy sombre, où les rôles sont « inversés ». C’est le Mal qui prend le dessus sur le Bien. Généralement pessimiste, cette fantasy inclut des éléments d’horreur, sans pour autant appartenir à part entière à ce genre.

Ex. : le Cycle d'Elric de Michael Moorcock, ou le Cycle de la Compagnie noire de Glen Cook.

  • La Fantasy historique / mythique : les œuvres de ce sous-genre se basent sur des faits historiques / légendaires où des éléments de fantasy apparaissent (magie, créatures surnaturelles). Ce genre utilise les dates, faits et personnages historiques / légendaires en leur donnant certains aspects qui sortent du contexte classique. (fantasy arthurienne, médievale, celtique…).
Ex : le cycle d'Avalon de Marion Zimmer Bradley.


  • Animal fantasy : Ici, une bonne partie des personnages (principaux ou non) sont des animaux avec des caractéristiques anthropomorphiques.

Ex : les chroniques de Narnia.
 
 
Evidemment certains romans peuvent être à cheval sur plusieurs sous-genres ou les combiner.
Une fois encore, il y a plusieurs façons de classifier la fantasy. Par exemple, je ne parle pas ici d’urban fantasy car je rapproche personnellement ce genre du fantastique et non de la fantasy, mais cela est personnel et certains classements l’intègre comme étant un sous-genre (nommé fantasy contemporaine).


Voilà quelques définitions autour de la fantasy !