la Belle et le Maudit, Tome 3 : La Moisson.

Auteur : Page Morgan
Editeur : Bayard Editions
Parution : Mars 2017
Pages : 530


RESUME :

Depuis la mort de leur chef, le chaos règne parmi les différentes castes des Dépossédés. Certains réclament Luc au pouvoir, d’autres condamnent son amour pour Ingrid et veulent sa mort. De son côté, l’Alliance s’effondre de l’intérieur, ses membres se dressant les uns contre les autres.
Pendant ce temps, Ingrid sent la puissance d’Axia s’étendre au-delà du Monde Souterrain. Tout semble indiquer que la Moisson de l’ange déchu approche. Incapable de faire confiance à l’Alliance, séparée de Luc, de Gabby et de Grayson, son frère jumeau, Ingrid se retrouve seule pour affronter le soulèvement des démons…


CHRONIQUE :

( 19 Octobre 2017)


Prise par le tome 2, malgré ses quelques longueurs, je me suis embarquée dans la lecture du tome 3 dans la foulée. En effet, il faut dire que « La Belle et le Maudit » présente tout de même un univers original et totalement captivant !
 
Ce troisième tome ne fut que pur bonheur car il règle les défauts du précédent opus : l’action s’accélère et ne laisse aucune place aux lenteurs, et Ingrid arrête finalement ses indécisions sentimentales pour se poser sur le choix le plus évident (et le meilleur qui plus est).
 
Il faut aussi noter de bons retournements de situation, qui nous donne un récit palpitant du début à la fin.
 
Du coup j’ai vraiment vraiment adoré cette conclusion. L’auteur se renouvelle, notamment par le fait qu’elle envoie la sœur d’Ingrid, Gabby, se réfugier en Angleterre où elle fera la rencontre de nouveaux personnages. Et en France, le cauchemar devient réalité, et une véritable hécatombe s’abat sur Paris. En résumé, tout le petit monde a fort à faire et doit lutter sur plusieurs fronts : Axia et ses démons, certains membres de l’alliance ou gargouilles mal lunées.
 
La plume Young Adult de Page Morgan nous emmène avec toujours autant de facilité dans son Paris revisité par les gargouilles de 1900, et sincèrement son univers et ses personnages sont une réussite ! Même si une fois encore Ingrid n’est pas ma préférée, les autres ont sincèrement énormément de qualités (Ingrid aussi en fait, elle a juste quelques défauts un peu lourds).
 
« - Monsieur Dupuis, répondit-elle, l’esprit au galop. Je viens d’avoir une idée horrible et j’ai besoin de votre aide.
Il haussa un sourcil.
-       De quoi s’agit-il ? demanda Luc qui l’avait rattrapée.
-       De quelque chose d’horrible, apparemment, répondit Hugues.
-       En effet, dit-elle. C’est probablement insensé, mais je crois que ça pourrait bien être notre seul espoir. »

 
La conclusion de la trilogie est très bonne, même si prévisible, et je l’ai appréciée (quoi de plus horrible qu’une fin décevante n’est-ce pas ?). Simplement même si ce tome est déjà un beau bébé, j’aurais aimé que l’épilogue soit plus conséquent : le futur des personnages m’importait car j’y étais attachée mais l’auteur se contente de nous le laisser deviner. La fin est faite de sous-entendus alors que les conséquences de la conclusion sont nombreuses. Mais non exploitées malheureusement. De même, certaines scènes sur la fin sont bâclées. Par exemple, Gabby et Ingrid sont séparées et combattent sur deux fronts différents mais nous n’avons droit qu’à un court résumé des mésaventures de Gabby... Euh… mais pourquoi ? Je l’aime bien moi Gabby ! Et je rappellerai que le narrateur omniscient nous permettait suivre les événements de différents points de vue !
 
Ceci étant, ces défauts n’ont pas été au point de gâcher la lecture, et somme toute j’ai adoré cette conclusion, et la trilogie en général, qui, même si elle n’est pas sans défaut, vaut vraiment le détour si vous aimez les ambiances gothiques (mais légères car Young Adult). Le thème des gargouilles est vraiment une superbe idée, et j’espère retrouver d’autres lectures dans le style !