La Stratégie des As.

Auteur : Damien Snyers
Editeur : Actu SF
Parution : Février 2016
Pages : 244


RESUME :

  

  

  

  

  

  

 

Pour vivre, certains choisissent la facilité. Un boulot peinard, un quotidien pépère. Humains, elfes, demis... Tous les mêmes. Mais très peu pour moi. Alors quand on m'a proposé ce contrat juteux, je n'avais aucune raison de refuser. Même si je me doutais que ce n'était pas qu'une simple pierre précieuse à dérober. Même si le montant de la récompense était plus que louche. Même si le bracelet qu'on m'a gentiment offert de force risque bien de m'éparpiller dans toute la ville. Comme un bleu, j'ai sauté à pieds joints dans le piège. L'amour du risque, je vous dis. Enfin... c'est pas tout ça, mais j'ai une vie à sauver. La mienne.            

CHRONIQUE :


(15 Février 2019)
 

Les éditions ActuSF font souvent mouche avec moi avec leur capacité à sortir des textes un peu différents. Et lorsque j’ai rencontré l’auteur de « la stratégie des as » à un salon du livre, je n’ai pu que craquer sur le résumé, la superbe illustration et la gentillesse de l’écrivain. 

« La stratégie des as » est un roman de light fantasy nous intégrant finalement une pointe de steampunk. Attention cependant, le côté steampunk sert de toile de fond et n’est pas spécifiquement développé. En revanche, le côté light fantasy est dosé à merveille. Ce que j’entends par là, c’est que ce roman est vraiment drôle. Mais drôle d’un humour fin, car malgré le fait que notre narrateur soit un voleur, l’auteur ne cède pas à la facilité de l’expression grasse et de l’humour graveleux. Loin s’en faut. 

Pour parler quelque peu de l’intrigue, nous rencontrons un trio d’amis, voleurs et arnaqueurs de métier. Élise, une demi elfe ou demi humaine en fonction de votre point de vue, est un personnage qui l’air de rien permet à son auteur d’aborder un tas de thèmes comme le rejet, ne pas trouver sa place, ou encore la maladie. James, notre narrateur, est le coupable de cet humour omniprésent qui a donné de sacrées crampes à mes zygomatiques (ces dernières s’étant plaintes d’avoir trop travaillé...). Et puis nous avons le troisième compère et non des moins intéressants : Zorg, un troll qui doit vivre dans un monde où leur existence ne vaut rien et leur meurtre pas un crime. En cours de route, une humaine viendra se greffer au trio mais ça, je vous laisse le découvrir. 

Bref nos trois arnaqueurs vont se retrouver arnaqués à leur tour : ayant surpris leur petit manège, un homme promet de ne pas les dénoncer s’ils acceptent une mission : voler un bijou nommé le Rein d’Isis. A la clé, une forte récompense, à leur poignet, un joli bracelet susceptible de les faire exploser à la moindre incartade, détonateur en main de l’employeur. Comme vous le voyez, la confiance règne. 

Voici donc nos amis enrôlés dans une aventure qui présente certes une trame banale mais que j’ai trouvé fort bien travaillée avec son lot de surprises. J’ai adoré le rythme de cette histoire où visiblement le mot ennui est banni. Ce roman se lit vite et bien, avec une addictivité certaine.

"En travaillant, je repensais à ceux que j'avais descendus. Pas un si grand nombre, au final. En comptant le vieux, seulement cinq ou six. Je n'étais pas certain, pour le dernier. Je lui avais enfoncé un poignard dans les côtes, et je l'avais laissé pour mort, pressé par le temps, mais je n'avais jamais su s'il avait effectivement passé l'arme à gauche. Je ne le saurais jamais, et ça resterait toujours un regret. Abandonner un vivant derrière soi, qui connaît votre visage, ce n'est jamais une bonne idée. Achever, c'est plus sûr."

Alors certes pour de la fantasy l’univers n’est pas le plus développé, mais je crois que ce n’était pas le but recherché. Nous sommes définitivement dans un roman de fantasy qui se veut abordable par tous, même les non connaisseurs du genre, et qui a pour ambition principale de divertir et faire rire. Et honnêtement il le fait à merveilles.

J’ai sincèrement aimé les personnages que l’on rencontre ici, des anti-héros comme je les aime, même si au fond, ils n’ont pas deux sous de méchanceté.

Bref un roman que j’ai adoré car il m’a beaucoup fait rire et apporte un réel dynamisme avec de l’action tout le temps. Certes la trame est assez classique sur la base mais j’ai adoré ce qui a été construit par-dessus ces fondations. Une Fantasy légère et abordable dès le young adult, qui n’a pas la prétention d’offrir un univers de folie (même si l’idée est là, l’auteur n’a pas approfondi le sujet) mais qui offre un excellent moment de lecture grâce à son dynamisme, son intrigue, son humour et ses personnages.