Sangs Maudits, Tome 1 : Alliance Forcée.

Auteur : Bettina Nordet
Editeur : Editions du Chat Noir
Parution : 2018
Pages : 300


RESUME :

  

  

  

  

  

  

 

Dans un monde édifié sur les ruines d’une civilisation ancienne au savoir prodigieux, détruite par la guerre, et dont les vestiges sont des trésors pour lesquels certains sont prêts à tout, même à tuer, Shanell, courtisane de Nicée, une cité sous protectorat de l’Empire, s’efforce depuis toujours de mener une vie discrète pour protéger son secret. S’il était dévoilé, ce dernier lui vaudrait une fin horrible. Pourtant, l’assassinat de l’un de ses clients, après la découverte d’un complot, fera totalement basculer son existence. Pour survivre et tenter de contrecarrer cette conspiration, la jeune femme se lancera dans un périlleux voyage au coeur des territoires sauvages en compagnie d’un protecteur improbable, qui pourrait bien se révéler le plus grand danger de tous.    

CHRONIQUE :


(16 Septembre 2019)
 
Bettina Nordet est une autrice talentueuse doublée d’une femme adorable. J’avais été transportée par sa première trilogie, parue elle aussi aux éditions du chat noir, vous imaginez donc qu’il était hors de question que je passe à côté de cette nouvelle série. J’ai donc acheté ce premier tome sans savoir de quoi il parlait, ni même du genre dans lequel je me plongerai.

Eh bien elle revient ici avec un roman qui change du tout au tout puisque nous passons de l’urban fantasy à la fantasy. Enfin une fantasy mâtinée d’un peu de post-apo puisque l’univers est créé sur les ruines d’une civilisation qui ressemblait fort à la nôtre. D’ailleurs je pourrais situer l’action dans le sud d’une France et le nord d’une Italie fantasmées. Les noms des villes et contrées y font aussi penser (Nicée, Milane...).

De ces ruines, il ne reste que beaucoup de on-dit et des artefacts. Les artefacts sont tous les objets, quel que soit leur nature, provenant de cet ancien monde.

Ce qui nous mélange agréablement des objets modernes et hétéroclites dans une civilisation plutôt médiévale dans beaucoup de concepts. Ce décalage n’est pas sans me rappeler certains autres romans, comme « de rage et de feu », peu connu mais que j’ai beaucoup aimé ou encore « red queen ». Alors ne vous méprenez pas, l’histoire est différente, mais on retrouve ce même style d’incursion d’objets modernes catapultés dans un monde revenu sur des bases plus médiévales.

Ne vous méprenez pas non plus lorsque je vous dis civilisation « médiévale », elle n’est pas copie de la nôtre puisque nous y rencontrons par exemples des metaberserks, sorte de métamorphes, dont l’origine n’est pas forcément magique, du moins à mon idée, je verrai par la suite ce que l’auteur nous en révèlera. Il y a aussi des chevaliers-dragons (sans dragon), dont le masque un peu spécial fusionne totalement à la peau...

En parlant d’eux, Kalden est l’un de ces chevaliers et aussi l’un des personnages centraux de notre histoire, avec Shanell, une courtisane.

Pour des raisons que je vous laisse découvrir, ces deux personnages que tout oppose (un classique qui fonctionne toujours assez bien selon moi), devront s’allier bon gré mal gré pour essayer de dénouer un complot. Comme on dit, de la haine à l’amour, il n’y a qu’un pas... à moins que cela ne soit l’inverse ? lol

J’ai retrouvé de plus la plume dynamique de Bettina, qui nous fait sauter à pieds joints dans son histoire et ne nous lâche pas avant la dernière page. Ce dynamisme est très agréable et contribue, avec l’univers, au succès de cette histoire.

L’imagination de l’autrice est toujours au rendez-vous et je n’ai aucun doute, qu’une fois encore, chaque détail ne soit savamment étudié du début à la fin, et j’entends par "fin" la fin de la série. Déjà ici, elle a réussi à me berner avec une conclusion de premier tome à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Il est particulièrement agréable de finir un roman sur une conclusion inattendue certes, mais pas décevante pour autant !

C’est de toute manière un peu une marque fabrique de Bettina Nordet, il semblerait, puisque ce roman nous emmène sur des chemins que l’on ne peut prévoir et présente pas mal de révélations et retournements.

En somme, une fois encore, la magie a pris avec moi et l’autrice m’a entraînée dans son histoire. Il faut dire que sa plume est très visuelle et a une certaine tendance à catapulter son lecteur au cœur même de l’univers. « Sangs maudits » a été ce genre de livres où j’oubliais la réalité, et devais parfois prendre quelques secondes avant de la réintégrer. Et c’est aussi ce genre de livres que j’ai lu en 24h, nuit blanche ou presque au rendez-vous !

Je noterai au passage la magnifique couverture de Miesis, qui représente pour moi à la perfection les deux personnages. On sent une étude soignée avant la conception. Et la mise en page, comme toujours avec cette maison d’édition, est soignée. Un régal à tous points de vue !